La chute de Kinect : un regard rétrospectif sur un accessoire controversé

Il y a dix ans, un accessoire révolutionnaire était retiré des cartons des Xbox. Le Kinect, autrefois présenté comme l’avenir des jeux vidéo, a vu son image ternie par des accusations de surveillance et de violation de la vie privée. Retour sur l’histoire d’un capteur qui avait tout pour plaire, mais qui a fini par être rejeté massivement.

Une menace perçue pour la vie privée

Quand Microsoft a dévoilé sa future console de jeux en mai 2013, le Kinect s’est rapidement transformé en sujet de controverse. Des termes comme “espion sans pareil” et “cheval de Troie de la NSA” ont envahi les médias. L’ancien sauveur de la Xbox 360 s’est métamorphosé en une menace pour la vie privée des utilisateurs, un débat qui a contraint Microsoft à retirer le Kinect des boîtes Xbox One afin de faire baisser le prix de sa console.

Les caractéristiques techniques impressionnantes

Cependant, du point de vue de Microsoft, le Kinect v2 est un véritable bijou technologique. Avec une caméra haute résolution, un angle de vision large, et un microphone capable de capter des chuchotements, il semblait être une avancée majeure. De plus, cette technologie pouvait analyser les expressions faciales et déterminer le rythme cardiaque des joueurs. Malgré ces capacités, la presse et le grand public ne voyaient en lui qu’une menace potentielle.

La chute de Kinect : un regard rétrospectif sur un accessoire controversé

Les accusations d’espionnage et leur impact

Des associations américaines, la CNIL allemande (BfDi) et des articles de presse ont tous contribué à créer un climat de méfiance. Forbes a même écrit que le programme d’espionnage domestique de la NSA rendait la Xbox One encore plus effrayante. Microsoft a tenté de désamorcer la situation, mais l’incendie s’est propagé sur Internet, alimentant un rejet massif de l’appareil.

La désillusion des gamers

Le Kinect était censé révolutionner la navigation des menus et l’expérience de jeu, mais il est devenu un repoussoir. Le capteur obligatoire a agacé les hardcore gamers, d’autant plus qu’il augmentait le coût de la console. Même l’arrivée de jeux dédiés comme Kinect Sports Rivals n’a pas suffi à inverser la tendance. Finalement, la décision de retirer le Kinect des boîtes a marqué le début de la fin pour l’ancien héros de la Xbox 360.

Déclin et fin de production

Au fil des semaines, la reconnaissance des mouvements a disparu des interfaces, et un adaptateur est devenu nécessaire pour utiliser l’accessoire. Abandonné par les développeurs internes et externes, le Kinect v2 a fini sa course dans des magasins de revente pour une poignée d’euros. Le capteur a été officiellement discontinué le 25 octobre 2017.

Que reste-t-il de Kinect aujourd’hui ?

Bien que le Kinect ait trouvé des applications dans divers domaines professionnels comme la chirurgie et le prêt-à-porter, son succès dans le monde du gaming est resté limité. En 2019, une version modifiée, l’Azure Kinect, a été lancée mais a également cessé d’être produite en 2023. Le casque Hololens a pris le relais, mais il ne montre plus de signes encourageants depuis l’abandon de la plateforme Windows Mixed Reality en 2026.

Une leçon pour l’avenir

L’expérience Kinect a appris aux dirigeants de Microsoft que l’innovation technologique doit répondre à une demande préexistante des consommateurs. Les consoles Xbox n’incluent pas de technologie VR car les dirigeants, Matt Booty et Phil Spencer, estiment que cette technologie n’a pas encore fait ses preuves. Certains voient en cette stratégie une prudence salvatrice, tandis que d’autres y voient un manque de courage regrettable.

Malgré les défis et les échecs, l’histoire de Kinect reste un témoignage de l’audace et de l’innovation. Seulement, cette ambition doit toujours être alignée avec les attentes et les craintes du public pour réussir durablement.



Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *