Rise of the Ronin sur PS5 : un potentiel noyé dans les maladresses

Plongeons au cœur d’un Japon ancien aux côtés de la dernière création vidéoludique du studio Team Ninja. « Rise of the Ronin« , un nouveau titre qui promet de l’ambition mais montre vite ses limites.

Une immersion dans un Japon historique

Faisant suite à « Ghost of Tsushima« , le célèbre studio nippon connu pour « Nioh » et « Wo Long: Fallen Dynasty« , nous emmène au cœur du Japon du 19e siècle. Une période tendue où le shogunat envisage de s’ouvrir aux influences extérieures, en opposition avec certaines factions internes. Le joueur incarne l’une des « lames jumelles », des guerriers d’élite, qui se retrouve en quête de son partenaire disparu après un assassinat raté et un massacre qui a éradiqué son clan.

Exploration d’un monde aux possibilités mitigées

Le jeu offre une carte vaste, autour de la région d’Edo (actuelle Tokyo), avec un large éventail d’activités. Néanmoins, on note une certaine répétitivité dans ces missions annexes, et une exploration qui, malgré quelques efforts, peine à renouveler son intérêt au fil des heures. La diversité fait défaut, et le bestiaire ainsi que les situations peuvent s’avérer monotoniques malgré un aspect RPG sympathique à travers la gestion de votre demeure et de votre personnage.

Rise of the Ronin sur PS5 : un potentiel noyé dans les maladresses

Des combats entre virtuosité et empâtement

Team Ninja a clairement concentré son énergie sur les combats, domaine où il excelle d’ordinaire. Cependant, malgré un système de combat offrant différentes armes et styles, la lenteur des animations et une mécanique de contres peu instinctive desservent l’expérience. La réalisation technique est dynamique, mais la direction artistique et une caméra trop collante révèlent des environnements décevants pour une production actuelle.

Une ambition contrariée par un manque d’achèvement

Malgré un contexte historique riche et une proposition de gameplay étendue, le jeu souffre d’un certain manque de finition tant dans sa prise en main que dans son exécution narrative. On y trouvera tout de même du plaisir lors de rencontres avec des figures historiques marquantes, et les choix proposés au joueur ponctueront l’aventure sans pour autant influer drastiquement sur son déroulement.

En finalité, « Rise of the Ronin » porte en lui de grands idéaux mais trébuche sur les réalités d’une exécution parfois maladroite. Cela ne fait qu’attiser notre espoir pour l’avenir, attestant que l’industrie vidéoludique continue de chercher, d’innover et de rêver à de meilleures histoires à partager.


Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *